8 avril : Gaëlle Clavandier au séminaire CORTEM

Le vendredi 8 avril, le séminaire de l’ANR Cortem accueillera Gaëlle Clavandier (Université Jean Monnet de Saint-Etienne/Centre Max Weber/ADES), pour une intervention intitulée « Vestiges du passé, foetus, fragments : des restes humains aux contours incertains ». Vous en trouverez ci-après le résumé.

Cette séance aura lieu de 10h à 12h, selon un format hybride. Nous nous réunirons physiquement à l’Université de Paris (site des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann 75013 Paris), en salle 481 C.

 L’intégralité de la séance sera par ailleurs retransmise en distanciel via l’application Zoom. Pour disposer du lien de connexion, merci d’envoyer un message à l’adresse anrcortem@gmail.com. Nous vous enverrons immédiatement les informations nécessaires pour suivre les échanges à distance.

Au plaisir de vous retrouver le 8 avril !

Résumé : « Vestiges du passé, foetus, fragments : des restes humains aux contours incertains »

Les normes sociales, juridiques et professionnelles, à l’égard du statut et du devenir des restes humains, anciens ou plus récents, sont en passe de se transformer. Si ces restes humains conservent des contours incertains dans la manière de les nommer et de les traiter et si leur statut n’est pas consolidé, les travaux récents constatent des ajustements inédits dans la manière de les catégoriser, de les manipuler, de les administrer et de les considérer. Une tendance consistant à les identifier, les humaniser, voire à les personnaliser est tangible. S’agit-il seulement de leur éviter de finir dans des espaces de relégation ? Ou s’agit-il de les assimiler ou d’en faire des dépouilles générant des obligations morales et matérielles à leur égard ? Certains de ces restes humains, dans des contextes fort différents – on pense notamment aux fœtus et mort-nés, aux vestiges anciens conservés dans les musées, aux restes ostéologiques relevés lors de fouilles archéologiques, aux fragments humains relevés sur les scènes de catastrophes ou d’attentats – sont désormais susceptibles d’être traités comme des dépouilles mortelles. Ils peuvent alors bénéficier d’un traitement qui pourrait être qualifié de funéraire et bénéficier d’une sépulture dans un cimetière.

Ces changements sont fréquemment interprétés comme la résultante de l’expression de liens électifs (liens familiaux, affiliation communautaire) favorisant le processus de deuil ou une dynamique mémorielle. Or, une seconde tendance consiste à appliquer des principes dédiés à la dépouille mortelle à des restes humains jusqu’alors réifiés, à savoir mobiliser le principe de la dignité́ humaine et appliquer (ou le permettre, ou encore le favoriser) le principe de la sépulture. Cette tendance s’observe à deux niveaux, celui de des normes juridiques et celui des pratiques et des normes sociales. Cette présentation s’appuiera sur trois illustrations tirées d’une fouille archéologique préventive, d’une catastrophe aérienne et d’un dispositif local de prise en charge des enfants sans vie. Ces trois terrains reposent sur une approche ethnographique. Ils permettent de saisir à la fois les enjeux, mais aussi les réponses adoptées in situ par les acteurs au sujet de la trajectoire et du devenir de ces restes humains.

 

Quelques références à en lien avec la présentation :

 

Sur les restes humains anciens :

CLAVANDIER Gaëlle (2019). « De nouvelles normes à l’égard des restes humains anciens : de la réification à la personnalisation ? », Canadian Journal of Bioethics, Revue Canadienne de bioéthique, 2(3), p.79-87. https://www.erudit.org/fr/revues/bioethics/2019-v2-n3-bioethics05052/1066465ar/   

CLAVANDIER Gaëlle (2022). « Managing and reburying ancient human remains in france: from legal and ethical concerns to field practices », in E. Schotsmans, C. Knüsel, ed., The Routledge Handbook of Archaeothanatology, New-York, Londres, Routledge. https://www.routledge.com/Routledge-Handbook-of-Archaeothanatology/Knusel-Schotsmans/p/book/9781138492424

Sur les fœtus et mort-nés :

CHARRIER Philippe, CLAVANDIER Gaëlle (2019). « Ephemeral materiality: a place for lifeless infants in cemeteries », Mortality, 24(2), Taylor & Francis (Routledge), p.193-211. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/13576275.2019.1585785?journalCode=cmrt20

CHARRIER Philippe, CLAVANDIER Gaëlle (2019). « La prénomination des enfants sans vie sur les registres de l’état civil français. Vers une réduction de leur liminarité ? », Annales de démographie historique, 137(1), Belin, p.217-241. https://www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2019-1-page-217.htm  

Sur les catastrophes :

CLAVANDIER Gaëlle (2018). « Du corps comme support de la ritualité, au fragment comme maintien de la personne. Étude des catastrophes contemporaines », in V. Araceli García Acosta et A. Musset (dir.), Dialogues et discours croisés : les catastrophes et l´interdisciplinarité, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, p.111-126.

CLAVANDIER Gaëlle (2004). La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Éditions, 255 p. http://www.cnrseditions.fr/Sociologie/5366-Mort-collective-Gaelle-Clavandier.html

Approche transversale :

CLAVANDIER Gaëlle (2019). « Le cimetière comme espace performatif : qualifier les restes humains qui y entrent et y séjournent », in G. Clavandier, F. Michaud Nérard (2019). Les cimetières. Que vont-ils devenir ? Paris, Hermann, p.125-140.

CLAVANDIER Gaëlle (2017). Dynamique des systèmes funéraires, en temps de crise et en temps ordinaire, HDR Université Lumière Lyon 2, Volume 1 « retour sur travaux », et Volume 2, « Principe de sépulture et statut de personne. Le sort des fœtus et mort-nés ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search