24 juin : Antoine Briand au séminaire CORTEM

Le vendredi 24 juin, le séminaire Cortem accueillera Antoine Briand (LESC/Université Paris 10), pour une intervention intitulée Des portraits identifiables. L’identification visuelle par la comparaison de photographies des personnes disparues ou retrouvées non-identifiées (ONG Satya Harishchandra Foundation, Hyderabad, Inde). Vous en trouverez le résumé ci-après.

Cette séance aura lieu de 10h à 12h, selon un format hybride. Nous nous réunirons physiquement avec Antoine Briand à l’Université de Paris (site des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann 75013 Paris, salle 481C).

L’intégralité de la séance sera par ailleurs retransmise en distanciel via l’application Zoom. Pour disposer du lien de connexion, merci de nous écrire à l’adresse anrcortem@gmail.com. Nous vous enverrons immédiatement les informations nécessaires.

Au plaisir de vous retrouver le 24 juin !


  —————

Résumé : Des portraits identifiables. L’identification visuelle par la comparaison de photographies des personnes disparues ou retrouvées non-identifiées (ONG Satya Harishchandra Foundation, Hyderabad, Inde).

La thèse d’anthropologie (en préparation) d’Antoine Briand porte sur l’étude des procédures de gestion et d’identification des personnes portées disparues et des individus retrouvés (morts ou vivant) et considérés comme non-identifiés en Inde. Son travail repose notamment sur une enquête ethnographique de l’ONG Satya Harishschandra Foundation et une description des activités des membres de ce centre d’identification indépendant dans la ville de Hyderabad en Inde.

La première partie de cette présentation décrira les méthodes de la construction, par les membres de l’ONG, d’un corpus de photographies identifiables : de la collecte de clichés auprès de services policiers de l’ensemble de l’État du Télangana et dans plusieurs hôpitaux publics de la ville, jusqu’à l’archivage de portraits uniformisés pour constituer une base de données victimologique. L’identifiabilité repose sur des modalités précises pour penser les identités, pour faciliter le processus de reconnaissance et la diffusion des images dans plusieurs médias. Dans un second temps, l’intervention portera précisément sur la technique d’identification de la Satya Harishchandra Foundation : la reconnaissance des individus par la comparaison de portraits. Antoine Briand évoquera la façon dont certains détails de l’histoire des cas (temporalité et localisation des événements, détails vestimentaires, particularités physiques) permettent de trouver des matchs entre des individus disparus et des individus retrouvés sans identité (morts dans les rues de Hyderabad, vivant hospitalisés ou placés dans un des centres sociaux de la ville).

L’ensemble des procédures identificatoires menées par les membres de la Satya Harishchandra Foundation interroge l’usage de la photographie, au cœur d’une réflexion sur ce qui définit l’identité des personnes. L’identification visuelle est une technique qui se fonde sur une aptitude à discriminer des signes, qui se nourrit de l’expérience des regards posés sur les portraits affichés sur un écran d’ordinateur et de l’utilisation de savoirs biosociaux. Reconnaître des visages impose à ceux qui identifient d’envisager le potentiel de transformation physique des individus disparus (vieillissement des corps par une période de vie dans la rue) et de déformation des corps morts (effets de la décomposition sur les traits faciaux). Si la photographie offre la possibilité de fixer une image inaliénable, elle oblige également, pour les membres de l’ONG indienne, à composer avec des futuralités plausibles quant au devenir des victimes disparues ou retrouvées non-identifiées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.