Le travail des morts (Laqueur, 2018)

L’auteur de La fabrique du sexe (1992, Gallimard) propose une nouvelle enquête d’envergure au lectorat français avec la traduction – superbement menée par Hélène Borraz – de The Work of the Dead (2015, Princeton University Press). Cortem conseille la lecture de ce travail de près de 1000 pages à quelques jours de sa discussion organisée par le Centre d’Histoire du XIXème siècle : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/Rencontre_Thomas_Laqueur.jpg

En focalisant son attention sur les défunts, Thomas Laqueur cherche à répondre à la question suivante : comment vit-on avec la mort et que fait-on de ses manifestations ? Il emprunte pour cela des sources tant historiques qu’anthropologiques, mais aussi philosophiques et littéraires, et éclaire tout particulièrement les places accordées aux cadavres dans l’Angleterre du XVIIIème au XIXème siècle. Deux ensembles de questions peuvent guider la lecture : Où sont les corps des défunts et quels sont les enjeux de la géographie du funéraire ? Qui sont les morts et quel type d’entité sont-ils ?

Au cœur de ce livre, le cadavre est défini comme une « matière sans vie dont l’être s’est échappé » (p.17), mais dont l’importance persiste : « le corps mort importe quel que soit le contexte religieux et idéologique, et même lorsque la croyance en l’âme est imprécise, notamment s’agissant de la durée de son existence auprès du corps ou de ce qu’elle devient après la mort. » Malgré la rapidité du processus naturel de putréfaction du corps mort, l’auteur évoque les nombreuses techniques développées à travers l’histoire pour le conserver ainsi que ses éléments (chair, os). Malgré la présence d’arguments pragmatistes l’assimilant à des déchets et suggérant son intérêt pour fertiliser la terre, il se fait sans cesse « plus que ce qu’il est » (p.20).

Pourquoi ? TL fait l’hypothèse que les vivants ont besoin de vivre auprès des morts. Les morts seraient à la fois les « témoins de la mortalité » (p.21) et les garants de nombreuses frontières (générationnelles, du sacré et du profane, du territoire, etc.). Traiter le cadavre comme de la « matière organique ordinaire » – ou même d’après l’auteur comme une dépouille animale – reviendrait à « nier l’existence de la communauté dont il est issu » et jusqu’à son humanité. L’étonnement à la source de l’enquête concerne cette distinction entre d’un côté ce qui serait une « vérité biologiqu[e] » (p.22) des corps morts, inertes, sourds et muets ; de l’autre des pratiques à travers lesquelles les humains interagissent avec les morts, où ces derniers agissent, parlent et même crient à leur manière.

Pour en savoir plus : Laqueur Thomas W. (2018) Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles. Éditions Gallimard 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.