Des mort-es qui visitent des vivant-es, au Vietnam (Kwon 2012 ; Sorrentino 2018)

À travers la grille de lecture Cortem, les mort-es se font présent-es de multiples façons : que ce soit par leur chair et par leurs os, par les photographies et par les mots, ou encore à travers les esprits et les fantômes auxquels ils donnent forme. Cette attention à la diversité des manières dont les mort-es se rendent présent-es nourrira les échanges à l’occasion de la première séance du séminaire pluriannuel du programme, autour du travail de Paul Sorrentino au Vietnam. L’occasion sur le carnet d’introduire deux ouvrages fascinants qui s’intéressent notamment aux structures sociales Vietnamiennes sous l’angle de la présence des esprits et des fantômes de défunt-es.

Heonik Kwon, Ghost of war in Vietnam, Cambridge University Press, 2012. 

L’enquête ethnographique et historique de Heonik Kwon porte sur les modes de présence et les rôles remplis par les fantômes des soldats morts au Vietnam au cours de la « guerre vietnamo-américaine » dans la seconde moitié du XXème siècle.  Les fantômes, très présents dans la culture populaire au Vietnam, constituent pour le sociologue des acteurs clefs d’accès à la réflexivité historique. Loin de se limiter à un phénomène littéraire ou fictionnel, les fantômes et les récits de leur mort apparaissent dans le quotidien des habitant-es, dans les rituels et dans l’organisation de l’espace public qui émergent après la guerre et les massacres. Une tension majeure que travaille le livre concerne la présence de corps de soldats étrangers, qui contraste avec l’absence des corps des proches que la guerre a éloigné. L’auteur explore alors tant les dimensions matérielles de ce phénomène de morts déplacés, que les relations qui se tissent entre ces différentes entités que sont les fantômes d’étrangers et les esprits d’ancêtres.  

En savoir plus : https://www.cambridge.org/core/books/ghosts-of-war-in-vietnam/DDC5E3701CB5A02F652B8FDFFD9E30FF 

 

Paul Sorrentino, À l’épreuve de la possession : chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain, Publications de la Société d’ethnologie, 2018. 

La publication de l’ouvrage de Paul Sorrentino poursuit l’investigation au sein des structures sociales vietnamiennes, cette fois-ci en abordant la possession des vivant-es par les esprits – ou les âmes  de défunt-es. Au cours de cette “innovation rituelle” caractéristique du Vietnam du XXIème siècle, des vivant-es cherchent à entrer en contact avec des défunt-es et les invitent pour cela à prendre possession de leur corps. Ce dispositif vise en particulier à travailler les relations au sein des familles, à actualiser la mémoire collective et les liens entre les générations. Dans son analyse, l’auteur s’efforce de tenir ensemble une analyse des rituels en pratique avec celle de ses vives contestations (populaires et étatiques). Entre pratiques et disputes, il étudie les conditions d’expression des morts, d’acceptabilité de leur parole et de ses effets. 

En savoir plus : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100112420 et https://www.ethnographiques.org/2016/Sorrentino 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.