Séminaire pluriannuel du programme CORTEM

Le « retour des morts » évoqué depuis quelques années en sciences sociales a donné lieu à une série de travaux soulignant la centralité du « gouvernement » des restes humains dans la construction des Etats-nations modernes (Esquerre 2011), et l’importance des funérailles officielles de combattants, de morts illustres (Verdery 1999), ou plus récemment de victimes d’attaques terroristes  (Truc 2016). Le récent forensic turn des études anthropologiques a quant à lui encouragé les travaux centrés sur l’examen médico-légal de cadavres « problématiques », ceux des victimes non identifiées de crimes de masse dans des contextes de sortie de conflits  (Ferrándiz et Robben 2015; Gessat-Anstett et Dreyfus 2015).

Adossé au programme ANR « Pour une sociologie politique du traitement des restes humains » (Cortem, 2019-2022), ce séminaire pluriannuel entend faire le point sur les recherches en cours autour de la gestion de ces mêmes corps « problématiques », en élargissant toutefois la focale. Au-delà des contextes de crise ou de sortie de crise, il est en effet possible de repérer aujourd’hui une multiplicité de situations où des acteurs publics ou privés s’efforcent de « faire parler » des restes humains dont l’identité ou l’histoire restent inconnus, et s’opposent sur la « vérité » que livre leur examen – qu’il s’agisse en effet de victimes de crimes de masse, d’exilés morts dans le cours de leur migration, ou encore des « morts de la rue » que personne ne réclame.

 

C’est à cartographier les controverses qui s’élèvent alors autour de ces restes humains que s’attacheront nos discussions. En lien avec l’objectif du programme Cortem, il s’agira d’identifier les situations dans lesquelles des corps apparaissent comme suffisamment problématiques pour que leur traitement fasse l’objet de disputes publiques. Il s’agira ensuite d’identifier les nouvelles scènes (locales, nationales et de plus en plus transnationales) au sein desquelles se déploient ces disputes, et les registres de discours qu’elles font intervenir : si la médecine légale est évidemment régulièrement convoquée, un ensemble d’autres acteurs politiques, judiciaires ou religieux interviennent en effet également dans la production du témoignage des morts.

Pour finir, il s’agira donc d’étudier les nouvelles configurations d’acteurs qui se constituent autour de ces controverses, et leurs effets sur le traitement des corps : correspondent-elles à l’émergence de nouveaux « collectifs hybrides » autour de la gestion des morts, et quel rôle la puissance publique continue-t-elle à y jouer ? Comment les controverses qui opposent leurs protagonistes conduisent-elles à qualifier les restes humains ? Enfin, quels sont les effets politiques de ces qualifications, lorsqu’il s’agit, à partir de l’expertise des restes humains, d’attribuer la responsabilité de leur mort à un Etat ou un groupe, d’indemniser ou d’honorer leurs proches, ou encore de commémorer leur disparition sous une forme particulière ?

 

Le séminaire est ouvert à tous et toutes, et a vocation à permettre le débat et l’expérimentation scientifique autant que la restitution de résultats : l’évocation des apports, mais aussi l’analyse des difficultés épistémologiques ou pratiques rencontrées par les différentes recherches présentées, seront autant de contributions à la réflexion collective au sein de l’ANR Cortem.

 

 

 

Programme 2021-2022 :

 

  • 1er octobre 2021 : Valérie Souffron (Université Paris I/CETCOPRA): Production et nature du cadavre radio-numérique: le double corps de l’autopsie virtuelle (ou virtopsie ou imagerie post-mortem).

 

  • 3 décembre : Patrice Ladwig (Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity) et Vanessa Grotti (Università di Bologna) :Visitors from hell: transformative hospitality to ghosts in a Lao Buddhist festival.

 

  • 4 février 2022 : Katiana Le Mentec (CNRS – Cresppa CSU) : Anthropotopies marquées par la mort dans des espaces bouleversés (séisme/barrage) : Aperçus ethnographiques du devenir de tombes et cimetières en Chine et Thomas Grillot (CNRS/IDES) : Les cimetières-fantômes en pays Lakota.

 

  • 8 avril 2022 : Gaelle Clavandier (Université Jean Monnet, Saint-Etienne/CMW): Vestiges du passé, foetus, fragments : des restes humains aux contours incertains.

 

  • 3 juin 2022: Antoine Briand (CNRS/LESC) : Patients inconnus, personnes portées disparues et cadavres non-identifiés. Ethnographie du processus d’identification de la Satya Harishchandra Foundation de Hyderabad (Inde) ; Francisco Ferrandiz (sous réserve).

 

Informations pratiques

  • Le séminaire a lieu le vendredi de 10h 00 à 13h 00, à raison d’une séance tous les deux mois. Chaque séance comportera une présentation d’un.e ou deux intervenant.es, suivie d’un débat avec la salle.
  • Pour l’année 2021-2022, les séances seront organisées sur un mode hybride. Nous nous réunirons chaque semaine à l’Université de Paris (site des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann 75013 Paris) ; chaque séance sera également retransmise via une connexion Zoom. Pour recevoir les informations concernant la salle ou le lien de connexion, n’hésitez pas à nous contacter en envoyant un mail à anrcortem@gmail.com.

Au plaisir de vous y retrouver !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/12/2019

    […] mort-es se rendent présent-es nourrira les échanges à l’occasion de la première séance du séminaire pluriannuel du programme, autour du travail de Paul Sorrentino au Vietnam. L’occasion sur le carnet d’introduire deux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search