Sélection spéciale podcasts 1/2

Pour changer du format papier, ou pour accompagner les longs trajets à pieds de ce mois de décembre marqué par les mobilisations, voici une sélection spéciale podcasts. Prêt-es pour six riches heures d’écoute ? C’est parti.

Antoine Garapon reçoit à tour de rôle cinq acteurs, actrices et chercheur-es pour aborder les tensions qui animent le traitement des restes humains dans des contextes divers : migration, extermination, mort à la rue, crémation.

La médecin légiste Cristina Cattaneo partage le travail collectif mené par des médecins, des militaires, des bénévoles, pour reconnecter les corps de migrant-es défunt-es qui atteignent les côtes italiennes à une identité. Un entretien qui articule des enjeux  techniques (expertises, outils et stratégies d’identification) et moraux (« humanisation », inscription des défunt-es dans des collectifs familiaux ou nationaux) : « 🎧L’enjeu d’identification des corps repêchés en Méditerranée ».

Le Père Desbois témoigne de son engagement pour retracer les pans du massacre de Juifs en Europe par-delà les camps d’extermination. De village en village, de jardins en charniers, les paroles se délient, les récits de crimes se cumulent et la présence des cadavres dans le quotidien des habitant-es se révèle : « 🎧Localiser les fosses communes de la Shoah par balles ».

L’historienne Sophie Baby interroge les dimensions matérielles des mémoires de dictatures. La chercheuse aborde les processus de fouille de fosses communes dans l’Espagne contemporaine et y analyse la  reconstitution d’une histoire à travers les cadavres. Entre justice, vérité et réparation, cet entretien constitue une riche ouverture sur la rhétorique et les instruments de la « justice transitionnelle » : « 🎧Se réconcilier ou se brouiller autour des morts ? L’expérience hispano-américaine »

L’écrivain Nicolas Clément, représentant du collectif Les morts de la rue questionne la quasi absence de soin accordé aux personnes les plus précaires – « biologiquement vivantes » mais « socialement mortes » – par contraste avec des défunt-es qui restent socialement présents, commémoré-es et honoré-es par delà leur mort biologique : « 🎧Une mort digne pour une vie indigne »

Enfin, le sociologue Arnaud Esquerré aborde dans une perspective historique l’encadrement juridique des cendres en France, ses évolutions et les conceptions de la relation aux défunt-es sur lesquelles elles reposent : « 🎧Une communauté morte-vivante »

  • Pour compléter les contextes dans lesquels les restes humains font l’objet de controverses et tâtonnements quant à leur traitement, on recommande d’écouter ensuite un épisode de La Fabrique de l’Histoire consacré aux objets muséifiés.

Emmanuel Laurentin et Anaïs Kien organisent un échange à propos de la collecte et du traitement des « vestiges humains » à des fins de muséification. Les historiennes Carole Reynaud-Paligot et Anne Lehoërff , et le médecin-anthropologue Alain Froment se confrontent au caractère singulier des parties de corps humains par rapports aux autres objets collectés. De quoi ces matières se font-elles les porteuses? Pourquoi l’État français traite différemment les restes humains des autres objets dans les requêtes de restitution ?  « 🎧 Les objets de la discorde :  que faire des restes humains ? »

Bonne écoute à toutes et tous. Et pour tisser une continuité entre 2019 et 2020, on se retrouve avec un second volet de recommandations lundi 6 janvier !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.