Portrait de Jeanne Teboul, anthropologue

 

Jeanne Teboul est anthropologue et maîtresse de conférence à l’université de Strasbourg. Elle a notamment publié l’ouvrage Corps combattant. La production du soldat en 2017 (Maison des Sciences de l’Homme). Nous la remercions pour ses réponses qui lancent la rubrique des portraits par Cortem !

 

Votre parcours articule un intérêt de recherche pour la manière dont l’Etat façonne les corps de ses citoyens et celle dont il traite ses défunts. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre trajectoire de chercheuse en anthropologie ?

 

J’ai consacré ma thèse à l’ethnographie de la formation des soldats dans l’armée de terre française. Pendant ces années de thèse, j’ai suivi des jeunes gens (des jeunes hommes dans l’immense majorité des cas) qui s’engagent volontairement pour devenir des combattants professionnels en essayant de comprendre ce qui se jouait durant les six mois que dure l’apprentissage de leur métier. Dès le départ, j’ai été frappée par l’importance accordée au corps dans cette formation. À la caserne, le corps fait l’objet d’une attention constante, à travers les exercices physiques et sportifs bien sûr (marches, courses, entraînements au combat…) mais aussi dans l’acquisition de « techniques du corps » spécifiques (la marche au pas, les postures réglementaires, le tir au fusil…). C’est ce qui m’a amenée à centrer ma recherche sur cette fabrique corporelle du soldat : comment l’institution militaire façonne-t-elle le corps de ses combattants – suivant quelles normes, quelles modalités pédagogiques et à quelles fins ? L’une des finalités de cette instruction – la finalité suprême, en réalité – est d’amener ces recrues à accepter l’éventualité de la mort. Devenir soldat, c’est admettre la possibilité de tuer ou d’être tué au combat et cette spécificité du métier donne lieu à un traitement très singulier de la mort au sein de la société militaire. Elle est omniprésente, sous des formes héroïsées. C’est d’ailleurs sur cette question du traitement de la mort et des défunts que portent aujourd’hui mes travaux, ce qui m’amène évidemment à questionner le rapport à la citoyenneté nationale, ces morts étant supposés avoir donné leur vie « pour la France ».

 

Si vous deviez recommander aux lecteurs et lectrices de Cortem une référence qui a compté dans votre parcours, qu’il s’agisse d’une lecture ou d’un film, laquelle serait-elle (et pourquoi) ?

 

Étonnamment, ce sont d’abord des romans – et non des ouvrages académiques – qui me viennent à l’esprit. Il y a des liens importants entre l’ethnologie et la littérature et la lecture de romans a beaucoup compté dans mon envie de raconter des petits mondes ethnographiques. Pendant mon doctorat, ma directrice de recherches Agnès Fine m’avait conseillé d’écrire ma thèse « comme un roman », en cherchant par exemple à maintenir une forme de tension narrative. J’y pense souvent lorsque j’écris et je continue d’ailleurs à lire beaucoup de romans. Le travail d’Emmanuel Carrère qui conjugue l’écriture romanesque et l’enquête de terrain est particulièrement marquant de ce point de vue.

 

Aujourd’hui, en quoi consiste votre travail ?

 

Depuis septembre 2019, j’ai rejoint l’Université de Strasbourg comme Maîtresse de conférences. Une grande partie de mon temps est consacré à l’enseignement et j’encadre aussi les recherches d’étudiant.e.s qui font leurs premiers pas sur le terrain. C’est un aspect formidable, je trouve, du métier d’enseignant-chercheur que de découvrir des terrains que l’on ne connaît pas, à travers le regard et les questionnements des étudiant.e.s.

En parallèle, je poursuis mes recherches sur la mort militaire et sur l’expérience du combat, en rencontrant notamment des anciens combattants et des soldats blessés.

 

Quels sont le ou les enjeux les plus pressants que vous rencontrez dans vos recherches en matière de traitement des restes humains ?

Jusqu’à présent, je ne me suis pas vraiment penchée sur le traitement des restes humains. Je me suis surtout intéressée à la question du traitement mémoriel des morts militaires : les hommages nationaux qui leurs sont rendus, les discours (publics, politiques…) produits à leur endroit et tous les dispositifs (pédagogiques, muséographiques…) qui visent à les commémorer. Que cherche-t-on à produire en invoquant régulièrement ces morts, en cherchant à les « faire vivre » dans la société contemporaine ?

 

En ce début d’année, que peut-on vous souhaiter pour la suite de vos activités en 2020?

 

On a souvent tendance à voir le métier de la recherche comme un métier solitaire, alors qu’il se nourrit constamment du dialogue, de l’échange, des critiques… C’est tout ce que je souhaite pour 2020 !

 

Pour en savoir plus sur l’autrice et suivre ses travaux : https://ethnologie.unistra.fr/formations/enseignants/enseignants-sur-poste/jeanne-teboul/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search