Du public à l’intime : le traitement des cadavres problématiques vu par les sciences sociales

L’équipe du projet ANR CORTEM profite de cette rentrée pour signaler sa toute nouvelle publication sortie au croisement du confinement et de l’été : “Du public à l’intime : le traitement des cadavres problématiques vu par les sciences sociales.” Cet état de littérature paru au sein du numéro 87 de la revue Critique Internationale (Presses de Sciences Po) éclaire quelques unes des stratégies de recherche et fils d’analyse clefs concernant cet objet d’étude prolifique pour les sciences sociales qu’est le cadavre.

Extrait :

“Revenant sur la thèse du déni de la mort portée dans les années 1970 par Philippe Ariès et Louis-Vincent Thomas, les chercheur·es qui s’intéressent aux manifestations de la mort en société sont en effet de plus en plus nombreux et nombreuses à étudier ce qu’elle laisse derrière elle : le cadavre. Ces travaux qui font des « restes humains », des « matières sans vie », des « substances cadavériques », des « fragments » et des « traces » corporelles, leurs objets d’analyse interrogent la place que l’on accorde aux dimensions matérielles ou organiques de la mort. De fait, si celle-ci n’est pas niée, ses manifestations ne sont pas les bienvenues partout ni à tout moment. Quels sont les effets de la présence des restes humains, et ceux de leur absence ? Quelles sont les logiques qui président à la monstration des corps ou à leur dissimulation, à leur soin ou à leur dégradation ?

J’explore la littérature contemporaine en sciences sociales qui s’empare de ces questions à partir de perspectives essentiellement sociologiques, anthropologiques et historiques. J’accorderai ici une attention particulière aux études qui portent sur des cas problématiques ou controversés, où ces questions se posent avec le plus d’acuité. Parmi les situations les plus étudiées se trouvent les crimes de masse, les génocides, les attentats, qui bénéficient de leur propre revue Human Remains and Violence, dirigée par Elisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus et Caroline Fournet. Les situations de mort aux frontières et par migration font elles aussi l’objet d’un investissement grandissant de la part des sciences sociales depuis le début des années 2000. Toutefois, d’autres situations moindrement investies à ce jour éclairent également ces questions, comme celles des personnes mortes dans une grande précarité et sans domicile, des victimes de féminicides ou de violences policières.”

Pour lire l’article en entier, rendez-vous ici : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2020-2-page-201.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search