Portrait de Linda Haapajärvi, sociologue

Linda Haapajärvi est chercheuse postdoctorante affiliée au Centre Maurice Halbwachs (CMH) et à l’Institut des migrations (ICM). Elle est également rédactrice en chef de la revue European Journal of Cultural and Political Sociology.

Nous la remercions pour ses réponses animées et le récit de sa trajectoire de recherche en relation avec les questionnements portés au sein de Cortem.

Votre thèse portait sur les politiques d’intégration des femmes migrantes, en France et en Finlande. Par quel biais la question du traitement des restes humains est-elle apparue dans vos recherches ?

À première vue, on pourrait penser qu’entre les deux recherches j’ai complètement changé de sujet. C’est vrai que les phénomènes sont assez différents, les politiques publiques d’un côté et le rapatriement du corps d’un autre côté. Or, le thème de la mort, de l’enterrement, du rapatriement est venu à moi par le terrain. J’avais démarré mon enquête ethnographique sur les femmes prises dans les dispositifs locaux de politiques d’intégration à Paris et à Helsinki en 2011 et je suis restée en contact avec certaines de mes alliées de recherche. Des années ont passé, la vie a continué à couler, les relations de terrain se sont approfondies, des morts sont survenues.

En Finlande, j’étais frappée par le destin d’Uba, une réfugiée somalienne, qui m’avait montré une petite boîte métallique où elle stockait l’argent qu’elle faisait en vendant des sambousas, des beignets somaliens, à une maison de quartier d’Helsinki le mercredi. C’était son « argent de mort », destiné à couvrir les frais du rapatriement de son corps vers son village de naissance, aux côtés de sa mère et de sa grand-mère tuées lors de la guerre civile. Mais elle était hantée par l’idée que ses enfants la trahiraient, l’enterreraient en Finlande et utiliseraient l’argent pour autre chose.

Ou bien Prince, un jeune infirmier d’origine nigériane, avec lequel j’ai noué une amitié dès mon mémoire de master, et qui après avoir voyagé au Nigéria pour enterrer son père et pour abdiquer de son rôle de prince héritier s’était renseigné sur la possibilité de souscrire en Finlande une assurance rapatriement afin de pouvoir retourner au Nigéria à sa mort. En effet, il avait bien peur de ne pas pouvoir y retourner dans la gloire d’un émigré qui aurait réussi, et que personne ne se donnerait la peine de payer le rapatriement de son corps vers le Nigéria.

J’étais interpellée, émue par l’intensité de ces récits d’anticipation de la mort, des moments où les vivants se projetaient dans leur mort, vis-à-vis de leur propre corps mort et de son devenir problématique.

Aujourd’hui, en quoi consiste votre travail et comment se déploient vos intérêts de recherche ?

J’ai commencé ma recherche postdoctorale il y a un an. Avec l’année universitaire qu’on vient de traverser, je n’ai pas pu démarrer ma nouvelle enquête de terrain. J’ai fait des lectures, essayé de comprendre la chaine des pratiques et des acteurs impliqués dans le rapatriement des corps, la régulation de ce processus, les façons dont les acteurs étatiques, marchands, confessionnels, les communautés et les familles conceptualisent, problématisent et bien souvent politisent le corps et le destin du migrant défunt.

Quels sont le ou les enjeux les plus pressants que vous rencontrez en matière de traitement des matières et restes humains ?

Le corps du migrant défunt pose problème : alors qu’on peut bel et bien mener notre vie dans plusieurs pays, se sentir appartenir à des endroits multiples, l’unicité du corps humain est protégée par la loi, même après la mort, et de ce fait nos restent ne peuvent pas être séparés, déposés à des lieux multiples. C’est un peu macabre, mais je dis toujours à mes proches, mes interlocuteurs mon souhait d’enterrer mon bras droit à côté de mes grands-parents à Jämijärvi, dans la Finlande rurale. Mais en principe, ce n’est pas possible ! Bien que je suppose que le terrain me surprendra, il le fait toujours ! Bref, je trouve intéressantes les négociations de l’appartenance au moment de la mort, entre les différents acteurs, porteurs de perspectives très différents au corps, à la personne, au parcours, aux liens. J’ai trouvé aussi intéressant que très vite mes ou nos – car je me suis personnellement concernée par la question – discussions sur le rapatriement tournaient autour de l’argent. Combien ça coûte ? Quels dispositifs sont disponibles et à quel prix les assurer ? J’ai envie de mieux connaitre les différents arrangements économiques que les migrants mettent en place de leur vivant pour assurer le rapatriement du corps et ce qu’ils disent des dynamiques d’appartenances mais aussi des solidarités humaines et des enjeux politiques relatives à l’État et ses frontières.

Si vous deviez recommander aux lecteurs et lectrices de Cortem une référence qui a compté dans votre parcours, qu’il s’agisse d’une lecture ou d’un film, laquelle serait-elle (et pourquoi) ?

J’ai aimé le film Calabria de Pierre-François Sauter, une sorte de road trip en corbillard, son ambiance qui interroge. Autour des morts des migrants notamment sur les frontières de l’UE et de l’USA, une littérature et une filmographie très intéressante, très dynamique se développe. Mais ma perspective est un peu différente. Je m’intéresse aux projections vis-à-vis de la mort, aux pratiques de prévoyance de la mort en migration, aux sentiments d’incertitude qu’elle provoque.

J’ai aussi beaucoup aimé Au bonheur des morts de Vinciane Despret, sa façon de mener l’enquête et mettre en évidence les multiples manières dont les morts nous aident à vivre. J’aimerais peut-être arriver à montrer comment, en migration, on vit sans certitude de pouvoir être enterré là où on le souhaite. C’est différent par rapport à la thèse sur l’homme moderne d’Ariès, caractérisé par son enracinement spatial et par ce qu’il ne sait pas où il sera enterré. Les migrants savent mais ne savent pas comment.

Que peut-on vous souhaiter pour l’année 2020-2021 ?

Que l’enquête de terrain puisse être ouverte !

Pour en savoir plus sur la chercheuse et suivre ses travaux : https://www.cmh.ens.fr/Haapajarvi-Linda


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search