Portrait de Lisa Carayon, juriste

Lisa Carayon est maîtresse de conférences en droit à l’Université Sorbonne Paris Nord, et membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Elle a notamment publié La catégorisation des corps. Études sur l’humain avant la naissance et après la mort (IRJS éditions, 2019).

Nous la remercions vivement pour ses réponses aux questions de CORTEM sur son parcours, ses engagements associatifs et les principaux questionnements qu’elle explore au croisement du droit funéraire, du droit de la santé et des phénomènes migratoires.

– Votre thèse portait sur la catégorisation des corps aux marges de la vie : avant la naissance et après la mort. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce travail et là où il vous a mené ?

Les cadavres et les embryons sont des objets particuliers pour le droit : il y a un corps, il y a de l’humain mais pour autant peut-on considérer qu’il y a là une personne qui pourrait être sujet du droit ? C’est la question qui a beaucoup agité les auteur·es en droit mais j’en suis progressivement venu à me dire qu’elle est largement inutile. Ou plutôt qu’elle nous éloigne de la question qui importe vraiment : que voulons-nous faire de ces corps et quelles sont les conséquences sociales de ce que nous en faisons ?

Pour cela, les outils des études critiques nous sont indispensables ! En lisant le droit comme un instrument politique, et notamment comme l’arme de groupes dominants sur des groupes dominés, il est possible de montrer comment les normes juridiques enregistrent et renforcent les rapports de classes, de genre, de races, etc.

Évidemment il n’est pas toujours simple de se rendre compte qu’une norme exclut ou discrimine certains groupes de personnes alors que nous sommes nous-mêmes pris dans ces rapports sociaux qui peuvent sembler « naturels ». C’est pourquoi il est indispensable d’adopter également une approche historique du traitement des corps : avec la distance temporelle, on voit mieux les rapports de forces qui sont à l’œuvre dans une norme juridique. L’étape d’après est de se demander si ces rapports existent encore dans les règles actuelles et, bien souvent, c’est le cas !

Quel exemple est le plus frappant selon vous ?

Concernant le statut du cadavre, on peut illustrer cette approche à propos des groupes religieux minorisés. Aujourd’hui, parce que nous sommes pris dans une certaine conception de la laïcité, qui rejette la religion de l’espace public, on peut facilement considérer comme normal que les carrés religieux ne soient pas officiellement autorisés dans les cimetières. Mais si l’on regarde sur le temps long, on se rend compte que limiter le droit à certaines personnes de pratiquer leurs cultes funéraires a souvent été un outil politique de répression de communautés précises. Les cimetières juifs ont ainsi été, au cours des siècles, successivement autorisés ou interdits suivant les rapports que les autorités entretenaient avec ce groupe social. La Révolution française, loin d’interdire les distinctions religieuses dans les cimetières a imposé au contraire que chaque commune prévoie des carrés confessionnels : c’était la période de l’inclusion, en réaction à l’attitude de l’Église catholique qui refusait d’accueillir certains corps. Une fois pris ce recul historique, il est plus facile de se demander qui nous excluons lorsque si peu de communes disposent de carrés musulmans et que, lorsqu’ils existent, ils sont parfois relégués aux marges des villes.

            Un raisonnement similaire peut être mené à propos des embryons qui, au cours de l’histoire, ont été plus ou moins protégés. La répression de l’avortement a en effet largement évolué dans l’histoire mais toujours de façon concomitante à la perception de la place des femmes socialement. Aujourd’hui on pense un peu vite que les femmes sont libres d’avorter mais en oubliant de dire que cette liberté n’existe que jusqu’à douze semaines de grossesse. Au-delà, elles doivent toujours demander l’autorisation d’interrompre leur grossesse au pouvoir médical et uniquement à certaines conditions. La norme reste qu’une femme doit se soumettre à l’impératif de reproduction, y compris, parfois, contre sa volonté.

– Votre parcours articule également des enjeux relatifs à la santé, à la famille et aux processus migratoires, comment tenez-vous ces sujets ensemble ?

Je pense qu’on peut dire que le point de rencontre de ces recherches est le traitement du corps par le droit. Cela semble évident en ce qui concerne le traitement des embryons et des cadavres ou encore pour le champ du droit de la santé mais le corps est également très présent dans les normes qui régissent la famille ou le statut des étrangers.

Poser la question de savoir qui doit ou peut être désigné parent d’un enfant c’est ainsi s’interroger sur la place du lien corporel – génétique, gestationnel etc. – dans la parenté. Se demander pourquoi on prend les empreintes des demandeurs d’asile, pourquoi on radiographie les mineurs étranger isolés, comment on évalue « la santé » d’une personne sollicitant un titre de séjour pour se soigner en France, c’est aussi questionner l’incorporation de la notion d’« étranger » par le droit.

– Aujourd’hui, en quoi consiste votre travail entre enseignement, recherche, expertise éthique et engagement associatif ?

Je ne cache pas que les semaines sont bien remplies ! J’enseigne deux à trois jours par semaine à l’université Sorbonne Paris Nord, sur le campus de Bobigny, essentiellement en filière sciences sanitaire et sociales mais aussi en première année de médecine ou en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Nous faisons pas mal de travail pédagogique : la filière est liée par exemple à une formation de « Médiateurs et médiatrices santé pair » où d’ancien·nes patient·es psychiatriques se forment pour travailler en médiation dans des services de santé. Le campus reçoit également un festival de films documentaires que nous essayons d’intégrer dans nos enseignements etc.

Par ailleurs depuis peu je travaille deux jours par semaines au Conseil constitutionnel où je participe à l’examen des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) ce qui me permet de rester informée des dernières actualités juridiques.

Une ou deux fois par semaine je participe aux activités de la Cimade ou du Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés (GISTI : permanences juridiques, formations, activités de communication etc.). Par ailleurs, ces derniers temps, nous avons beaucoup travaillé à des activités de lobbying sur la loi de bioéthique au sein de l’association que nous avons créé avec des collègues – le GIAPS (Groupe d’information et d’action sur les questions procréatives et sexuelles). De temps à autre je participe également aux consultations du centre d’éthique clinique de l’APHP où nous avons à connaître de questions de fin de vie, d’avortements etc.

Ces activités militantes sont selon moi indispensables pour nourrir une activité de recherche que j’espère en contact avec le réel – et qui occupe le reste de mon temps !

– Quels sont le ou les enjeux les plus pressants que vous rencontrez en matière de traitement des matières et restes humains ?

L’épidémie actuelle et ses multiples restrictions sanitaires a, je crois, (re)mis en lumière l’importance des rites funéraires dans les processus de deuil et donc dans la vie. C’est quand ils ne peuvent plus avoir lieu « normalement » que l’on perçoit leur caractère capital. Conjuguée aux importants débats actuels, d’une part sur les discriminations qui frappent certains groupes sociaux et, d’autre part, sur l’importance de protéger l’environnement, je pense que cette situation devrait être l’occasion d’une réflexion sur une réforme du droit funéraire : comment autoriser des pratiques « minoritaires » aujourd’hui interdites telle que l’inhumation en pleine terre ? Pratiques qui, parfois, pourraient être plus respectueuses de normes environnementales ! Comment rendre les funérailles plus égalitaires en cessant de distinguer le terrain « commun » et la concession cinquantenaire ? Le droit funéraire est finalement un reflet très fidèle de questions qui parcourent toute notre société.

– Si vous deviez recommander aux lecteurs et lectrices de Cortem une référence qui a compté dans votre parcours, qu’il s’agisse d’une lecture ou d’un film, laquelle serait-elle (et pourquoi) ?

Spontanément, et sans rapport avec les restes humains, je dirai Mémoires d’une jeune fille rangée, car ce fût je crois ma première lecture féministe … suivie de beaucoup d’autres qui me permirent de la remettre en question ! De façon générale, quoi que peu originale, je dirais que toute lecture, film etc. qui nous permet de prendre conscience du caractère situé de notre regard fait de nous de meilleur·es chercheureuses.

– Que peut-on vous souhaiter pour l’année 2020-2021 ?

La fin de l’épidémie qui nous permette de retrouver nos étudiant·es « en vrai » et sereinement ! L’abandon du projet de LPPR qui n’aura pour effet que de précariser la recherche et d’en accentuer les aspects les plus bassement compétitifs.

Pour suivre l’actualité de la chercheuse : http://iris.ehess.fr/index.php?3746


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search