Portrait d’Elodie Fornezzo, sociologue

Elodie Fornezzo est doctorante en sociologie à l’Université de Lorraine et s’intéresse à la prise en charge des restes humains dans des contextes non ordinaires ou violents. Elle a déjà co-publié les résultats d’une enquête précédente sur le suicide des personnes âgées comme problème public, à lire ici. Elle a aussi contribué à l’enquête COVIDEHPAD sur les enjeux relatifs aux confinements, aux fins de vie et à la mort dans les EHPAD en contexte pandémique.

Nous la remercions vivement d’avoir accepté d’aborder avec CORTEM sa démarche scientifique et ses méthodes de recherche.

Votre thèse en cours s’intitule « Nettoyer les traces de la mort : une étude des normes de la mort par leurs marges en France et en Suisse ». Pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse de cette recherche ? Comment s’articule-t-elle avec vos précédents travaux sur le suicide chez les personnes âgées ?

J’ai participé lors de mon stage de Master 2 à une recherche collective coordonnée par Frederic Balard (MCF Sociologie, 2L2S, Université de Lorraine) nommée « Suicidâge » dont le but était de comprendre le suicide des personnes âgées. J’ai réalisé des entretiens avec des professionnels y ayant été confrontés et ait pu constater que certains suicides étaient mis en opposition à des morts « douces » et « propres » et catégorisés par les informateurs comme « violents », d’après plusieurs critères dont ceux de l’intégrité du corps et la présence de fluides ou éléments du corps sur les lieux de la mort.

Suite à une discussion avec mon co-directeur de thèse Frédéric Balard, nous nous sommes demandé comment ces morts-là sont gérées et comment les restes humains présents sur les lieux du décès sont traités et considérés. Le choix s’est porté premièrement sur l’étude des entreprises proposant du nettoyage après décès pour mieux comprendre leurs pratiques professionnelles.

Ensuite, mon terrain s’est élargi : je m’intéresse aux personnes et professionnels qui sont amenés à « gérer » les corps morts et restes humains hors institution (EHPAD, Hôpital) et dont ce n’est pas la profession.

En quoi consiste votre démarche et travail d’enquête ?

Je m’intéresse donc au traitement du corps mort et des restes humains, en portant la focale sur les morts advenant hors des institutions médicales, qui mettent à mal l’intégrité du corps et peuvent laisser des liquides ou éléments du corps sur les lieux du décès (Accidents, suicides, homicides, au domicile ou sur la voie publique et morts dites « avec découverte tardive du corps »).

Je mène ma recherche au moyen d’entretiens compréhensifs auprès de divers professionnels confrontés aux corps morts dans leur pratique tels que les professionnels de l’intervention d’urgence (pompiers, gendarmes), du secteur funéraire, et d’entreprises proposant du nettoyage après décès.

J’ai également réalisé des observations exploratoires auprès d’une entreprise proposant du nettoyage après décès. Les pratiques de « nettoyage » n’étant pas toujours réalisées par ces entreprises, en particulier aux domiciles, j’aurais aimé réaliser des entretiens avec des proches ayant été confrontés à ces cas de morts, mais pour l’instant je n’ai pas pu avoir accès à cette population.

J’aimerais également interroger des employés de la SNCF et des agents d’entretien de la voirie pour comprendre leur expérience en tant que professionnels.

Quels sont le ou les enjeux les plus pressants que vous rencontrez en matière de traitement des matières et restes humains ?

Les corps morts abimés et les restes humains séparés du corps et présents sur les lieux du décès sont souvent considérés comme problématiques dans la pratique professionnelle, particulièrement lorsqu’ils y font obstacle. En même temps, il y a une sorte d’initiation à ces morts particulières, qui sont considérées comme faisant partie intégrante de la pratique et dont les savoirs et expériences sont tues hors de l’espace professionnel. Cette recherche amène aussi à une réflexion sur ce qui est montré et dit de la mort en dehors des professions qui y sont confrontées dans leur pratique professionnelle.  

Si vous deviez recommander aux lecteurs et lectrices de Cortem une référence qui a compté dans votre parcours, qu’il s’agisse d’une lecture ou d’un film, laquelle serait-elle ?

Je dirais « Pour une autre mémoire de la canicule » de Catherine Le Grand-Sébille et Anne Vega. Ce livre, bien qu’il traite d’une crise sanitaire et de morts en masse, apporte des éléments de réflexions sur un type de morts plus ponctuelles mais néanmoins fréquentes dans la pratique professionnelle des pompiers, professionnels du funéraire, ou d’entreprises proposant du nettoyage après décès, c’est-à-dire les morts dites « avec découverte tardive du corps », parfois appelées « oubliées », des morts qui sont découvertes parfois plusieurs jours voire semaines après le décès, souvent au domicile.

Que peut-on vous souhaiter pour l’année qui vient ?

De mener à bien ma thèse !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search