Juliette Cazes, thanatologue indépendante

Juliette Cazes est chercheuse indépendante et conférencière en thanatologie. Elle anime le site Le Bizarreum et vient de faire paraître Funèbre son premier ouvrage. Pour CORTEM elle a accepté de revenir sur son parcours et de partager son regard sur les enjeux associés au traitement des corps des défunts et défuntes, dans et hors de contextes de violence.

Vos intérêts de recherches et les sujets sur lesquels vous intervenez dans le cadre de missions de vulgarisation sont très divers, allant des techniques d’anthropologie biologique aux principes de l’archéojustice. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours, et par quel biais la question du traitement des restes humains est apparue dans vos travaux ?

Bonjour et merci de me recevoir pour ce portrait. Je suis entrée en études supérieures en 2009 et j’en suis sortie en 2015. Durant ces années, j’ai eu un parcours un peu particulier puisque j’ai suivi une licence en Archéologie et une autre en Anthropologie dite classique. À cela j’ai rajouté quelques mois en diplôme universitaire en anthropologie biologique et enfin je me suis orientée vers un diplôme en tourisme et plus particulièrement scientifique et d’aventure lorsque j’ai compris que l’emploi était compliqué dans mes filières de bases.J’ai commencé mon travail en tant que logisticienne d’expéditions scientifiques et je suis restée dans cette entreprise jusqu’en 2020. Face à la crise du COVID et en lien avec l’envie de me consacrer à 100 % à mes activités annexes autour la mort, j’ai tenté l’aventure de l’indépendance cette année.

La question des restes humains a toujours été très centrale dans mes travaux. J’ai commencé à diffuser des éléments sur la mort à des fins de vulgarisation car en France je trouvais que cela était limité et très confidentiel. J’ai débuté par des vidéos car c’est un média tout public pour lancer un an plus tard mon site internet qui me permet de diffuser des éléments plus complexes. 

En abordant la mort sans affect, je vulgarise autant des cas archéologiques que des choses plus contemporaines ou complexes (traitement des restes humains en musée, questions de société autour des ossements, avec des cas en France ou à l’étranger comme mon article sur mes recherches à propos de la Colombie). Le corps est central également lorsque j’aborde les rites funéraires ou quand je vais à l’étranger pour en observer. Je relève les gestes et les codes tacites ou non pour comprendre ce que cherchent à faire les vivants autour de la dépouille. J’insiste beaucoup sur les lois dans mes travaux pour rappeler qu’un corps doit recevoir un traitement respectueux et digne. Tout en rappelant que dans le monde, le trafic de corps est toujours très présent, élément que je mentionne dans mon ouvrage. 

Qu’est ce qui a suscité la création de votre carnet de recherche « deathsyle » Le Bizarreum ?

Le terme Deathstyle est un clin d’oeil à ce que l’on appelle le Lifestyle sur internet. Et le nom Bizarreum est la contraction de Bizarre et de Museum puisque lors de mes études ou lorsque j’évoquais mes travaux on me disait que j’étais bizarre. J’avais envie de créer une plateforme variée et accueillante pour publier mes articles qui oscillent entre vulgarisation grand public et selon les sujets des éléments plus pointus. L’objectif est que chacun puisse comprendre les enjeux et l’importance de l’étude de la mort et l’aspect interdisciplinaire de celle-ci. N’étant pas chercheuse affiliée ni doctorante, je n’ai pas pu ouvrir un carnet Hypothèses ce qui m’a été recommandé quand j’ai cherché un moyen de publier sur internet. J’ai créé mon site pour pouvoir tout de même diffuser librement des choses qui me plaisent tout en sensibilisant à ces sujets. J’aime aussi y mettre en avant des chercheurs ou des gens qui travaillent avec la mort, cela est le meilleur moyen de vulgariser  de façon logique : faire la passerelle entre le public et le monde académique. 

Aujourd’hui, en quoi consistent vos activités et comment se déploient vos intérêts de recherche ?

Avant, je passais la majeure partie de mon temps à mon emploi dans le domaine des expéditions et je travaillais sur mon temps libre à mes recherches. Maintenant, j’ai la chance de pouvoir me consacrer à mes travaux. Je divise cela en plusieurs parties : 

D’abord, il y a les recherches. Je travaille souvent en binôme avec des chercheurs ou je suis appelée par des organismes (archives, diocèses, universités) pour aider dans des études en cours s’ils estiment que ma présence est légitime. Autrement, je finance moi-même mes déplacements à l’étranger depuis 2015. Avec l’épidémie ce volet est mis entre parenthèses. Je devais partir au Tibet mais ce projet est reporté. Également, je travaille sur des projets sur le long terme comme des ouvrages ou des expositions  toujours autour de la mort. Je travaille ainsi avec beaucoup de gens différents et cela est très enrichissant.

Ensuite je fais de la diffusion de contenu : je propose des conférences sur le funéraire et je travaille avec divers musées et institutions mais aussi des associations. 

Une autre partie est la création de contenu grand public : Je tente de garder un rythme régulier de vidéos et d’articles autour du funéraire. Un contenu que je fais relire à des chercheurs dans les domaines concernés quand j’en ai besoin si j’ai un doute. J’ai la chance d’être très entourée par des personnes issues de la recherche qui m’encouragent. Le chemin n’était pas facile malgré mes études car l’absence de thèse est souvent un argument pour réduire mon travail. Néanmoins j’ai un grand respect pour ceux qui vont jusqu’à cette étape de leurs études. Ce n’est pas mon cas et malgré tout, j’ai fait un parcours universitaire différent privilégiant par la suite le terrain tout en tentant d’appliquer ce que j’ai appris pendant mes études. Au final, je suis souvent très bien reçue dans les colloques et je remercie tous les chercheurs et doctorants qui ont cette bienveillance envers moi. 

Actuellement, et ce pour en découvrir plus sur le funéraire contemporain, je suis une formation dans le domaine des pompes funèbres. Comme l’avenir est très incertain avec la situation actuelle tout reste possible en termes d’évolution de carrière ! J’aime les choses qui bougent, je suis toujours active et donc toujours ravie d’avoir de nouvelles expériences. Je pense que pour faire une bonne recherche il faut être formé à plusieurs choses afin d’ouvrir son regard et ne pas rester dans un entre-soi qui est parfois contre-productif. 

Enfin, je réponds à énormément de mails que ce soit des questions techniques, des personnes qui ont des questions par rapport à des éléments funéraires (par exemple comprendre une tombe) ou même pour savoir ce qu’ils doivent faire du squelette de médecine légué par papi. Je tente de répondre à tout le monde et les échanges sont très bienveillants. Mais pour gagner ma vie et financer mes recherches, je fais de la rédaction de contenu en sciences humaines à destination des étudiants en études supérieures.

Quels sont le ou les enjeux les plus pressants que vous rencontrez en matière de traitement des matières et restes humains ou des controverses qui animent ce champ ?

Tout d’abord il y a l’enjeu de la prise de conscience générale. Un scandale comme celui qui a éclaté à Paris Descartes ne surprend pas forcément tous ceux qui ont déjà fréquenté morgue, IML ou encore laboratoires dans le cadre de leurs études. Pour autant, la réception du grand public autour de l’actualité en lien avec les trafics de restes humains est toujours pleine de surprise et d’incompréhension. Le corps est vu comme sacré, pour beaucoup il est impensable de l’offenser. Cela est légitime, pour autant, en lisant des ouvrages plus anciens ou en observant tout simplement l’actualité dans le monde, on réalise que ce n’est pas nouveau. J’irai même jusqu’à parler de la profanation de cimetières par exemple, les gens sont très choqués mais en réalité c’est un problème mondial, il suffit de suivre les informations à ce propos à l’étranger pour voir que dans de nombreux endroits c’est un fléau qui a un réel impact tant sur les vivants mais aussi sur le bon déroulement des rites en lien avec l’entretien de l’ancestralité. 

Autre question qui prend de plus en plus de place, c’est la mise en place d’une muséographie particulière si exposition de restes humains en musée. La question de l’éthique est importante et on voit qu’elle commence à être de plus en plus prise en considération au sein des musées. Ce qui draine des conversations passionnantes. 

Ensuite dans ce qui me semble pressant, c’est la restitution des restes pris dans des contextes coloniaux ou de guerre. Comme la restitution récente des crânes algériens par exemple, beaucoup de gens ne voient pas les enjeux politiques, diplomatiques de ces restitutions sans oublier ce que cela représente pour les personnes qui vont accueillir et inhumer ces restes souvent avec respect et célébration (Saartjie Baartman et sa restitution en Afrique du Sud, les Mokomokai de Nouvelle-Zélande et récemment les crânes algériens de 1849 arrivés à Alger).

En réalité, des éléments pressants j’en vois énormément, que ce soit du point de vue de l’histoire ou de la justice. Je pense par exemple qu’il serait important de faire collaborer archéologues et gendarmes ou encore anthropologues de terrain et légistes dans le cadre des enquêtes. 

Cette longue liste très personnelle pour dire qu’il y a beaucoup de choses à faire pour sensibiliser et transmettre autour des restes humains et que cela intéresse le grand public qui se pose des questions mais surtout a besoin de comprendre les enjeux autour de ces sujets. 

Si vous deviez recommander aux lecteurs et lectrices de Cortem une référence qui a compté dans votre parcours, qu’il s’agisse d’une lecture ou d’un film, laquelle serait-elle ?

Quand j’étais étudiante, j’avais évoqué l’idée de travailler sur les genocide studies à quelques professeurs. J’ai reçu beaucoup de découragement de la part de mes enseignants tant d’un point de vue pratique que politique. Pourtant, ce sujet me passionnait et me passionne toujours. Je tente d’en parler régulièrement pour sensibiliser le public à ce sujet car beaucoup de gens n’ont pas connaissance de certains génocides et il me semble important d’évoquer les techniques et méthodes de fouille, les risques et les enjeux au cours des enquêtes internationales lors de conflits. Mais également, il me semble important d’aborder les questions autour de l’aspect symbolique de l’exhumation des charniers et la recherche des identités pour le bien-vivre des survivants et de leurs familles. Cela est valable également pour les cas de catastrophes naturelles (je pense en particulier à l’Amérique du Sud et centrale pour ce point). 


Par conséquent, ma référence qui a été un déclencheur important pour moi est le visionnage que j’ai pu faire assez jeune de La déchirure sur le Cambodge. Trop jeune pour lire le livre, j’ai néanmoins été bouleversée et j’ai compris qu’on pouvait tenter de soulager mais aussi de condamner les responsables grâce à l’étude des charniers, des techniques de mise à mort mais aussi grâce à l’identification quand cela était possible au fur et à mesure de l’évolution des diverses sciences qui entrent en jeu dans ce domaine. Actuellement, je suis toujours de façon assidue les sorties d’ouvrages sur les genocide studies ainsi que la diffusion des colloques à ce sujet. 

Que peut-on vous souhaiter pour l’année qui vient ?

Pas uniquement pour moi mais pour l’ensemble du monde, ce serait la fin de cette épidémie qui nous frappe et qui de façon non étonnante bouleverse le rapport à la mort de nombreuses personnes. Pour ce qui est de mon cas, vous pouvez me souhaiter une bonne continuation : c’est assez vague pour pouvoir y intégrer plein de choses diverses et intéressantes. Mais pour le moment l’obtention du diplôme dans le domaine funéraire occupe tout mon automne, vous pouvez me souhaiter de réussir ce dernier si le coeur vous en dit !

Merci de m’avoir donné la parole pour cette interview. 

Entre le moment de l’entretien et sa publication Juliette Cazes a obtenu ce nouveau diplôme en thanatologie ! Bravo et merci à elle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search