4 février : Katiana Le Mentec et Thomas Grillot au séminaire Cortem

Le séminaire de l’ANR Cortem tiendra le vendredi 4 février sa troisième séance, autour de deux interventions :

Katiana Le Mentec (CNRS – Cresppa CSU), Anthropotopies marquées par la mort dans des espaces bouleversés: Aperçus ethnographiques du devenir de tombes et cimetières en Chine.

Cette intervention explore le devenir des morts, tombes et cimetières en Chine lorsqu’un bouleversement d’espace se produit. Ne se pose pas seulement la question des morts induits par ces événements lorsqu’ils sont violents mais également celle des déplacements de lieux des morts lors de grands réaménagements d’espaces, qu’ils succèdent à des destructions catastrophiques ou qu’ils soient produits par l’urbanisation de zones rurales. Ces contextes sont loin d’être exceptionnels en Chine contemporaine, de même que les programmes d’évacuations des sites funéraires induits par la réforme funéraire documentés au Henan et au Guangdong par Béatrice David (1996, 2016). Le fil directeur qui nous intéresse est celui du déplacement des morts en contexte de bouleversement territorial. Je n’ai pas spécifiquement réalisé d’enquête sur ce sujet, potentiellement très vaste. Toutefois, au fil de mes enquêtes ethnographiques à Yunyang, en amont du barrage des Trois Gorges et à Beichuan, dans la zone affectée par le séisme de Wenchuan j’ai observé différentes situations relatives aux déplacements de morts et d’espace des morts, impliquant des corps de victimes, d’ancêtres ou de fantômes affamés, la relique d’un héros divinisé ou encore les squelettes excavés de valeureux prédécesseurs. Il sera question d’en proposer un aperçu général.

Thomas Grillot (CNRS/IDES) : Les cimetières-fantômes en pays Lakota.

La colonisation de l’Amérique du Nord n’a pas consisté en la seule appropriation de terres, mais en l’imposition de nouvelles relations entre territoires, vivants et morts. En pays sioux, tout en étant imposée militairement, la fixation des populations ne se fait pas n’importe où. Avant qu’ils soient contraints d’y résider toute l’année, les habitants des réserves lakotas/dakotas connaissaient déjà ces territoires. Il s’y trouve des tombes de parents, les villages abandonnés d’une population ennemie, des sites de bataille et de présences fantomatiques. A côté de la christianisation de certains sites et de la diabolisation de certains autres, naissent autour des forts et des missions qui s’installent dans les réserves des complexes villageois; les cimetières y redoublent la concentration des vivants par celle des morts. Cette concentration se poursuit à travers les mouvements de population à l’intérieur des réserves, mais également la mise en valeur du territoire, par exemple la montée des eaux consécutive à la mise en place de barrages, qui menace les vivants mais aussi les anciennes nécropoles, et met à nu des tombes jusque-là bien cachées. A partir des années 1970, cette géographie coloniale des morts, déjà instable, est menacée par une revendication inédite: le retour des morts amérindiens anonymes arrachés à leurs sépultures par l’armée américaine et d’autres pilleurs de tombes, et envoyés dans les réserves des musées à travers toute l’Amérique du Nord. En 1990, la loi nationale connue sous son acronyme NAGPRA rend obligatoire ce rapatriement et le confie aux “tribus”. Celles-ci se trouvent alors en position d’effectuer deux mouvements opposés: continuer la mise en visibilité des communautés des réserves par l’encadrement des morts, en subventionnant les enterrements, poliçant les cimetières existants, voire en créant des cimetières nationaux sur le mode des cimetières militaires américains; mais aussi mettre en place des cimetières invisibles, ceux, connus et accessibles seulement à un public restreint, où sont réenterrés les morts rapatriés, investis d’une sacralité particulière en raison de leur ancienneté et de l’incertitude qui pèse sur leur identité. Parce que la loi oblige tout nouveau projet ayant un fort impact paysager à prendre en compte la présence de sites sacrés ou funéraires hors même des réserves, cette géographie “intérieure” des espaces coloniaux entre en résonance avec des lieux situées loin d’elles, mais symboliquement appropriés par des cartes dont la consultation est réservée à un cercle restreint de praticiens d’une archéologie autochtone.

Dans cette intervention, je me propose d’examiner les interactions entre ces deux modes d’enterrements: le cimetière communautaire, public, référencé, fréquenté; les sépultures cachées, à la présence fantomatique, dont l’influence est souvent suspectée sans être clairement décrite. Ce dédoublement du royaume des morts me paraît pouvoir être analysé comme une forme de mise à distance des conflits intra-communautaires associés à la christianisation et à la colonisation.

En raison de la situation sanitaire, la séance aura lieu de 10h à 13h, uniquement en distanciel. Pour disposer du lien de connexion Zoom, merci d’envoyer un message à l’adresse : anrcortem@gmail.com. Nous vous enverrons immédiatement les informations nécessaires pour suivre les échanges à distance.

Au plaisir de vous retrouver le 4 !

L’équipe Cortem


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search