L’équipe CORTEM

Nicolas Fischer, Coordinateur scientifique de CORTEM, est chargé de recherche (CRCN) au CNRS en science politique au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183). Ses travaux antérieurs consacrés à l’enfermement des étrangers et au contrôle démocratique des lieux d’enfermement l’ont amené à développer une réflexion sur l’exercice de la force publique en démocratie, et sa confrontation avec l’impératif démocratique de respect des droits des personnes. Depuis fin 2016, il prolonge ces travaux par une étude sur la médicalisation de la peine de mort aux Etats-Unis. Il se concentre spécifiquement sur les enjeux judiciaires et médico-judiciaires qui se nouent autour de l’utilisation de produits pharmaceutiques (anesthésiants) pour les injections létales et autour de « l’humanité » alléguée de cette technique de mise à mort, qui motive un jeu constant d’expertises et de contre-expertises médico-légales.

Publications (sélection) :

2021, [Avec Milena Jakšić], Morts encombrants. Pour une sociologie politique du traitement des restes humains, Cultures & conflits, (à paraître).

2020, « la production d’un regard “indépendant” sur la réclusion par les membres du Contrôleur général des lieux de privation de liberté ». In Bastien François et Antoine Vauchez (dir.), Politique de l’indépendance, Formes et usages contemporains d’une technologie de gouvernement, Villeneuve d’Ascq: Presses universitaires du Septentrion, pp. 215‑245.

2017, Le territoire de l’expulsion. La rétention administrative des étrangers et l’Etat de droit en France. Lyon: ENS Editions.

 

Florence Galmiche est maîtresse de conférences à l’Université Paris Diderot, membre du Centre Chine Corée Japon (UMR 8173). Ses recherches portent sur l’anthropologie de la Corée. Après une thèse portant sur les transformations contemporaines du bouddhisme et ses pratiques populaires, elle s’intéresse actuellement aux cérémonies privées et publiques dédiées aux morts de la Guerre du Pacifique et de la Guerre de Corée. Depuis 2017, elle enquête en particulier sur les cérémonies funéraires bouddhiques pour les morts des “événements de Cheju” (1948-1953), à la fois dans cette île, à Séoul et parmi les communautés coréennes du Japon où les personnes originaires de Cheju sont surreprésentées.  

Publications (sélection) :                                    

2017, « Statut de l’avortement et mouvements féministes en Corée du Sud », Tracés, hors-série « « Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie orientale », Lyon, ENS Éditions, pp. 179-187.   

2015, « “Upgrading” Buddhism ? Methods from the Business World in South Korean Buddhism », The Review of Korean Studies, 18(2), pp. 35-61.

2010, « A Retreat in a South Korean Buddhist Monastery : Becoming a Lay Devotee through Monastic Life », European Journal of East Asian Studies, 9(1), pp. 47-66.

 

Milena Jakšić est chargée de recherche au CNRS à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 7220). Ses travaux actuels portent sur l’enfance dans la guerre à partir d’une enquête sur la participation d’anciens enfants soldats au titre de témoins devant la Cour pénale internationale de La Haye. Au croisement de la sociologie du droit et des pratiques judiciaires et de l’anthropologie de la violence et des conflits armés, Milena Jakšić enquête, depuis 2016, sur plusieurs procès portés devant la CPI (Thomas Lubanga, Germain Katanga et Dominic Ongwen). Son travail comprend deux volets. Le premier s’attache à étudier les conditions de production des témoignages d’anciens enfants soldats, leur constitution en preuve judiciaire et les conflits d’interprétation autour de la catégorie de l’enfance. Le second volet de ses recherches vise à reconstituer, à partir de la ressource judiciaire, les itinéraires combattants d’anciens enfants soldats à partir du cas de la Lord’s Resistance Army (Ouganda du Nord). Dans le cadre de l’ANR Cortem, elle étudie, avec Florence Galmiche, les différentes formes de présence des corps morts dans le prétoire. 

Publications (sélection) :

[Avec Nicolas Fischer], Morts encombrants. Pour une sociologie politique du traitement des restes humains, Cultures & conflits, 2021 (à paraître). 

2020, « Looking for the child soldier. The judicial investigation in Thomas Lubanga Dyilo trial », Journal of Legal Anthropology, Vol. 4: 1, pp. 46-70. 

2019, [Avec Nadège Ragaru], Les victimes au tribunal. Du témoignage à la preuve judiciaire, Droit & société, n° 102, 2019/2.
 

Carolina Kobelinsky est chargée de recherche au CNRS au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC – UMR 7186). Sa recherche actuelle porte sur les morts aux frontières de l’Europe. Elle interroge le devenir de ces morts « étrangers », bien souvent « inconnus », de même que les imaginaires de la mort de celles et ceux qui traversent les frontières. À partir d’une démarche ethnographique, elle étudie la gestion des corps retrouvés aux frontières sud de l’Europe (Espagne, Italie) et elle explore les récits autour de la mort aux frontières auprès de migrant.e.s préparant/ayant réussi la traversée. Elle co-dirige le programme MECMI : Morts en contexte de migration. Dans le cadre de CORTEM, elle s’intéresse aux protocoles concrets d’expertise de corps de personnes migrantes décédées en Méditerranée lorsqu’ils ne concernent pas les méthodes médico-légales stricto sensu.

Publications (sélection) :

2021, Who cares about Ouacil ? The post-mortem itinerary of a young border-crosser, American Behavioral Scientist, 64(4), pp.525-539.

2020, Border Beings. Present Absences among Migrants in the Spanish Enclave of Melilla, Death Studies, 44(11), pp. 709- 717.

 

Marie Le Clainche – Piel a été chercheuse postdoctorale au sein de l’ANR CORTEM (2019-2020). Elle a soutenu une thèse de sociologie à l’EHESS sur les conditions sociales de l’émergence des greffes du visage en France et au Royaume-Uni (Ce que charrie la chair, 2018). Dans la poursuite de ce travail, elle s’intéresse à la circulation des matières corporelles (organes, fluides, restes humains) à travers leurs pratiques et modes de régulation dans une démarche comparative entre la France, le Royaume-Uni et les États-Unis. Au sein du programme Cortem, elle investit la vaste littérature de langue française et anglaise qui s’intéresse au traitement étatique et para ou supra étatique des restes humains. En tant que chercheuse postdoctorale CNRS-CEMS (2020-2022) elle enquête sur le devenir et le partage des parties de corps entre défunts et vivants dans le contexte de la médecine transplantatoire (Sharing Organs Through Algorithms).

Publications (sélection) : 

2020, Giving, receiving … and forgetting? On the social conditions of receiving an anonymous face transplant, Sociology of Health and Illness, vol. 42, n°8, 1949-1966.

2020, Du public à l’intime : le traitement des cadavres problématiques vu par les sciences sociales, Critique Internationale, vol. 2, n°87, 201-216.

2020, Faire du visage un organe anonyme. Chirurgiens et patients transplantés aux prises avec la politique du don anonyme en France, Sociologie, vol. 11, n°2, 149-166.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search